Formation logiciel comptabilite

Journal de caisse

L’entreprise dont la comptabilité est présentée dans ce dossier ne détient pas de petite caisse, s’interdisant des transactions en espèces. Le but de cet article est d’expliquer ce choix.

Maintenant, la comptabilisation des écritures de caisse reste présentée sur ce site. Il faut rappeler qu’une pièce de caisse doit exister ou être créée pour toute opération réalisée en espèces.

Règlement par chèque des petites dépenses

Les chèques ne sont pas encore payants en France, et il n’existe pas de montant minimum pour effectuer un règlement par chèque.

Il est donc conseillé de se passer d’une petite caisse. En effet, cette caisse demande un traitement comptable particulier (certes son absence augmente le nombre d’écritures de banque) mais aussi un traitement matériel (il faut bien que le solde de la caisse soit détenu quelque part au siège de l’entreprise). Mais surtout, les mouvements d’espèces sont toujours suspects, mieux vaut donc ne pas avoir à afficher le solde de ce compte dans des états financiers.

L’exemple d’écriture ci-dessous correspond à l’enregistrement d’un chèque effectué pour une petite dépense (achat de fournitures dans un supermarché) et réglé par chèque pour éviter les mouvements d’espèces et la création d’une petite caisse.

Petit achat

Utilisation du compte courant

Des dépenses de l’entreprise peuvent être payées par le gérant via son compte courant. La société pourra ensuite lui rembourser le solde de ce compte courant.

Dans notre exemple de comptabilité, le gérant a ainsi réglé par un chèque personnel la TVA du premier trimestre de cet exercice. En effet, n’ayant pas reçu le chéquier de son entreprise, le gérant a envoyé au Trésor Public un chèque personnel joint à la déclaration de TVA de sa société. Ce règlement a donc été porté dans son compte courant.

Petit achat

Attention, contrairement à l’utilisation habituelle du compte de l’exploitant dans une entreprise individuelle, l’utilisation du compte courant d’associé dans le cadre d’une société pose le problème de la confusion du patrimoine du gérant en particulier avec le patrimoine de sa société. En cas de liquidation, une telle confusion des patrimoines peut entraîner l’élargissement de la responsabilité personnelle du gérant. Une telle pratique est donc à éviter.


Autres articles sur ce thème

Journal de banque

Journal de paie

Plan du site | Contact | annonce légale | expert-comptable | emprunt | Partenaires | Légal