Formation logiciel comptabilite

Amortissement définition

L’acquisition d’une immobilisation ne constitue pas une charge comptable (voir nos cours de comptabilité précédents).

En revanche, l’amortissement de cette immobilisation permet de constater en comptabilité, durant toute la durée de vie de cet actif, une charge comptable déductible de son résultat.

Définition de l’amortissement d’une immobilisation

L’amortissement, c’est la prise en compte de l’usure d’une immobilisation du fait du temps, la constatation comptable de sa perte de valeur, de sa dépréciation progressive durant toute sa durée de vie estimée.

Ainsi, lors de l’acquisition d’une immobilisation, il faut déterminer le nombre d’années durant lesquelles cet actif restera dans l’entreprise. En réalité, des règles comptables imposent de considérer une durée de vie par catégorie d’immobilisations :
- frais d’établissement (pour la constitution de la société) : 5 ans,
- immeuble : 30 ans généralement,
- véhicule : 5 ans,
- mobilier de bureau : entre 5 et 10 ans,
- ordinateur : 3 ans,
- logiciel : 12 mois...

Au terme de cette durée de vie comptable, l’entreprise n’a pas l’obligation de jeter son immobilisation. Celle-ci reste un actif, inscrit à l’actif de son bilan, simplement sa valeur nette (retenue pour déterminer le total de l’actif du bilan) est nulle car les amortissements sont égaux à la valeur d’acquisition.

Par ailleurs, certaines immobilisations ne s’amortissent pas. Elles conservent au bilan leur valeur d’acquisition. Il s’agit notamment :
- du fonds de commerce,
- des terrains.

Définition de la dotation aux amortissements

La valeur comptable d’une immobilisation, c’est sa valeur nette, égale à sa valeur brute (coût d’achat) diminuée des amortissements pratiqués depuis son acquisition.

Par exemple, au 31 décembre 2015, un mobilier de bureau acquis pour 4.457 euros et amortis pour 2.689 euros a une valeur nette de 1.768 euros. Les amortissements de 2.689 euros représentent la dépréciation de ce mobilier depuis son acquisition. Chaque année, ces amortissements augmentent, et atteindront au final le montant de la valeur brute, soit de 4.457 euros.

En 2016, la dépréciation supplémentaire s’élèvera par exemple à 338 euros. Les amortissements atteindront alors un total de 3.027 euros.
La valeur nette de ce mobilier sera alors de : 4.457 - 3.027 = 1.430 euros.

En permanence, il est donc nécessaire de distinguer :
- la dépréciation annuelle d’une immobilisation, appelée "dotation aux amortissements",
- le cumul de ces déprécations depuis la date d’acquisition, appelé tout simplement "amortissements".

Dans les états financiers :
- ce sont les amortissements qui figurent au bilan pour calculer la valeur nette des immobilisations,
- les dotations aux amortissements constituent une charge annuelle qui est reportée dans le compte de résultat.

Dotation aux amortissements au bilan

Dans notre définition d’une immobilisation, nous avons déjà reporté dans le bilan comptable la valeur brute d’immobilisations et les amortissements pratiqués sur ces immobilisations.

Il faut reprendre cet exemple (lien ci-dessus) puis, pour mieux comprendre l’impact sur le résultat des dotations aux amortissements, comparer le bilan 2015 avec le bilan 2016 ci-dessous :

ACTIF BILAN AU 31/12/16
Actif immobilisé
n° compte Libellé Valeur brute Amortissement Valeur nette
211000 Terrain 30.000 30.000
213000 Constructions 120.000 84.000 36.000
218300 Matériel bureau et informatique 4.457 3.027 1.430
218400 Mobilier 3.659 3.659 0
Total actif immobilisé 158.116 90.686 67.430

A partir de ces deux bilan, il est possible de noter les variations des amortissements d’une année sur l’autre.

n° compte Libellé Amort. 2015 Amort. 2016 Variation Amort
211000 Terrain 0 0 0
213000 Constructions 80.000 84.000 4.000
218300 Matériel bureau et informatique 2.689 3.027 338
218300 Matériel bureau et informatique 3.659 3.659 0
TOTAL 86.348 90.686 4.338

Ce tableau de variation des immobilisations met en valeur l’augmentation en 2016 des amortissements pour un montant de 4.338 euros. L’actif net de l’entreprise a donc diminué de ce même montant. Il en résulte une baisse du résultat comptable (si l’actif baisse, le passif baisse d’autant, or un bénéfice comptable est inscrit au passif du bilan).

Dotation aux amortissements et compte de résultat

En 2016, l’entreprise a enregistré une charge comptable de 4.338 euros pour tenir compte de la dépréciation de ses immobilisations. La comptabilisation des amortissements sera vue ultérieurement mais on peut d’ores et déjà reporter cette charge dans le compte de résultat :

COMPTE RESULTAT AU 31/12/16
CHARGES PRODUITS
Dotation aux amortissements 4.338,00
TOTAL CHARGES 4.338 TOTAL PRODUITS 0,00
Résultat (bénéfice) Résultat (perte) 4.338
TOTAL 4.338 TOTAL 4.338

Conclusion sur les amortissements et les dotations

En conclusion, si une immobilisation n’est pas comptabilisée comme une charge lors de son acquisition, elle donne lieu en revanche, chaque année, à l’enregistrement d’une charge comptable, d’une dotation aux amortissements.

Au terme de sa durée de vie estimée, l’entreprise aura comptabilisé au compte de résultat, si l’on cumule l’ensemble des dotations pratiquées depuis l’acquisition de cette immobilisation, un montant total de charges égal au coût initial de cet actif.

Si l’on ne tient pas compte de la notion d’actualisation, une immobilisation entraîne donc une charge comptable comme pour la comptabilisation des autres dépenses, seulement cette charge est étalée dans le temps.

Ce lissage de la charge d’une immobilisation a pour but :
- de suivre autant que possible la réalité économique : lors de l’achat d’un véhicule professionnel par exemple, celui-ce ne perd pas l’intégralité de sa valeur le lendemain de son achat, mais progressivement, au fur et à mesure des années (de sa côté à l’argus),
- d’éviter que l’entreprise affiche une perte l’année où elle acquiert des immobilisations, pour, au contraire, répartir sur plusieurs années cet effort d’investissement.



Plan du site | Contact | annonce légale | expert-comptable | emprunt | Partenaires | Légal